C9AI12 Outils (php, html,…)

tetePour se familiariser avec les langages et outils du web, ce cours nous propose de créer des pages, de suivre des tutoriels…

Ce qui constitue un vrai challenge pour moi qui n’ai jamais créé de pages.

Mais l’idée a fait son chemin et je me suis dit que j’allais saisir cette occasion pour partager toutes les connaissances accumulées lors de mon expérience de guide à Singapour.

Voici donc ma note d’intention, en attendant de vous présenter une page web…

Note d’intention

11/03/2015
Le codage et la réalisation d’un site internet sont certainement des domaines que je ne maitrise pas et qui réveillent des souvenirs peu réjouissants.
Avec un père informaticien de la première heure, formé à l’armée dès le début des années 70 et féru de tout ce qui touche aux nouvelles technologies, je me souviens avoir apporté, « pour jouer », un ancêtre, je crois, de la disquette, une carte en carton, perforée (comme celles que l’on voit dans le film « 2001, l’odyssée de l’espace »), dans la cour de récréation de mon école primaire.
Nous avons donc très tôt, au début des années 80, eu un microordinateur à la maison et je pense avoir été une des premières collégiennes de mon établissement à rendre un devoir rédigé sur ordinateur et imprimé à l’aide d’une imprimante à aiguille.
Mais cela impliquait aussi d’avoir un père plongé si ce n’est dans son ordinateur, dans des magazines du type « 01 informatique », de passer des dimanche après-midi entiers à voir mon père et ses amis marmonner dans un langage incompréhensible, penchés au-dessus de ce graal qu’était un des premiers microordinateurs.
Puis sont arrivés les premiers cours au collège où un vaillant professeur nous expliquait ce qu’est un octet, un bit, 0-1, ce qui nous laissait perplexes plus qu’autre chose : à quoi cela pouvait-il bien servir ? Puis d’autres cours, à l’université cette fois, à 3 sur un ordinateur dans une salle dédiée à cet effet,
Bref, un premier contact avec l’informatique qui ne m’a pas laissé de souvenir très plaisant, plutôt l’idée que « ce n’est pas pour moi » mais une sensibilisation et une curiosité qui m’ont poussée à me porter volontaire pour m’occuper du site internet de ma société en 1997. Alors chef de produit en marketing pour une société de parfums, je changeais donc de domaine et au lieu de gérer des fournisseurs de matières premières olfactives ou de flacons, je découvrais comment travailler avec des informaticiens et des graphistes qui se lançaient sur le web.
Atmosphère passionnante de découvreurs de nouveaux territoires mais je n’écris toujours aucune ligne de code…Pire, l’absence de pédagogie de la part des informaticiens que j’ai pu côtoyer me fait appréhender grandement ce domaine.
Le cours Outils est donc un cours que j’ouvre avec appréhension. Le devoir est de créer un site internet de 6 pages. Pleine de bonne volonté, je lis consciencieusement le cours, suis (à 4 reprises !) le cours d’Openclassroom sur le html5 pour, péniblement, pas à pas, répondre aux consignes. Au bout de 20 jours à coder, corriger, refaire, échanger avec (demander de l’aide !) mes camarades*, je viens de mettre en ligne mon site http://frenchdocent.hebfree.org/
Que retenir de ce devoir ?
– Qu’il reste clairement un effort de pédagogie et de clarification à faire de la part des informaticiens pour rendre le code accessible à tous
– Comme dans d’autres domaines, par exemple la comptabilité ou le droit, on est plus ou moins susceptible d’adhérer et donc de réussir dans cette matière – mais que justement un travail de simplification, de rationalisation puis de pédagogie permettra de dépasser ces difficultés
– Que dans un monde où les métiers comportent de plus en plus souvent une part d’internet, connaitre quelques rudiments de code est autant une nécessité que de parler anglais

On peut espérer que des associations comme http://www.voyageursducode.fr et le projet du Ministère de faire entrer l’apprentissage du code à l’école permettront à tous de s’approprier ces compétences sans autant de difficultés que celles que j’ai traversées.
Et maintenant, place aux autres cours (il est temps !).

*un grand merci à Lou, sans qui je n’y serais pas arrivé.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s